Marie.Web.World

Roland Garros 2000
 

 suite  

Et aussi, mes 4 jours à Roland Garros 2002

et aussi ... Roland Garros 2001, mes 3 jours là bas!!

Mon Roland à moi

Dimanche 28 mai 2000, journée Benny Berthet, Stade Roland Garros

La 1ère chose que je fais en me levant est de regarder le ciel. Ma dernière expérience tennistique, à Monte Carlo, ayant été pluvieuse, j'espère de tout mon cur pouvoir voir quelques matchs se dérouler aujourd'hui. Il fait gris, mais il ne pleut pas. Espoir...
En arrivant au stade, je retrouve mes fidèles amis (yo!), toujours prêts comme moi à faire des heures de queue pour avoir un billet, ou à rester des heures sous la pluie à attendre un match éventuel... Je retrouve aussi
Sara ( webmestre de l'excellent site de Nico) et deux de ses amis anglais.
Nous sommes tous confiants pour le temps, bien que vers 10h une averse nous fasse sortir les parapluies... Chacun espère voir ses joueurs favoris. Marianna aimerait bien voir Pat
Rafter, moi je pencherai plutôt pour la brochette Gaudio, Lapentti, Rios, Ivanisevic et autres Norman. Thomas espère Kournikova. Mais on prendra ceux qu'il y aura...

10h25, les portes s'ouvrent. Comme c'est une journée de matchs d'exhibition, les matchs ne sont annoncés que le matin même; la 1ère mission est donc de trouver un programme pour choisir rapidement sur quel court se rendre et prendre une bonne place pour la journée.
Ca y est, j'ai trouvé le panneau d'affichage du court 1. Déception relative, ni Rios ni Gaudio ne sont prévus. Sur le Lenglen, il devrait y avoir plusieurs matchs intéressant, tels que
: Hewitt/ Rafter, Enqvist/Kieffer et Lapentti/Santoro. Je vois aussi que Goran jouera sur le court 1 et Hicham sur le 10. D'ailleurs, Goran, Hicham et Nico sont tous les 3 prévus en troisième match. Dilemme à prévoir...

Je fais mon choix pour le court Suzanne Lenglen. Marianna sera ravie de voir Rafter, et moi Lapentti en fin de journée. On va sur le court et on prend d'excellentes places, au 1er rang, juste derrière les chaises des joueurs. (ça promet!).

Le 1er match au programme sur ce court oppose Sugiyama à Dragomir. Sûrement très intéressant, mais je décide d'aller rejeter un coup d'il sur le tableau d'affichage pour voir si , par hasard, Rios ou Gaudio n'ont pas été rajouté. Non, rien de nouveau. Sur les courts d'entraînement sont déjà à la tâche: Pioline, Krajicek, Chang et beaucoup d'autres.

Je retrouve Sara dans les allées. Elle me dit que Nicolas Lapentti doit s'entraîner à midi. Pendant qu'on discute, je vois une tête blonde s'approcher; c'est Thomas Enqvist. Suivi de prés par Magnus Norman et Justin Gimelstob. Sara m'apprend que ce dernier ne pourrait jamais se promener dans les allées d'un tournoi américain si paisiblement , car il a toujours des nuées de demoiselles autour de lui. Ici, anonymat total...

Elle me dit aussi qu'elle a vu qu'un match de Gaudio était programmé dans la journée. Je retourne voir le tableau pour la énième fois, toujours rien. Bon, y a des phénomènes paranormaux Porte d'Auteuil, avec des noms qui s'affichent et qui repartent...Va falloir tirer ça au clair! Ah, Oh, mais voici justement Gastón qui se balade dans les allées, avec un sac de raquette plus grand que lui. Il est accompagné de son compatriote Franco Squilari et se promène toujours aussi incognito qu'à Monte Carlo. Ignoré des yeux de tous, mais pas des miens!! Avec un peu de chance, il sait s'il joue un match aujourd'hui... Il faut toujours prendre les informations à leur source! Sara et moi nous approchons des deux argentins. Je sors la photo que j'avais prise à Monaco, et Squillari est épaté de voir que son jeune collègue attire l'attention de quelques supporters. Sara me prête son stylo (thanks again!) et Gaston s'applique pour me la signer.( oui, il sait écrire! Il a tout pour plaire décidement...) On discute un peu; faut vraiment que je me mette à l'espagnol! Sara lui demande s'il joue aujourd'hui. Il nous dit que oui, sur le court Suzanne Lenglen. Ah, bonne nouvelle, c'est là où on a des supers places. Il nous précise que c'est contre Hewitt. Oh, c'est déjà moins drôle, ça veut dire que Rafter passe à la trappe... Bon, moi ça me dérange pas; au contraire, c'est avec un énorme plaisir que je l'encouragerai. Mais je pense aux supporters de Pat qui vont être verts! (hein, Mariann@?!) Bon, c'est la vie, ça me donnera l'occasion de les convertir à l'argentin ! Dix minutes plus tard, Gaudio repasse à coté de nous et Sara lui fait dédicacer son drapeau argentin. Il va falloir que j'investisse dans ce genre de gadget!
Bon, la journée commence plutôt bien; tomber sur ce charmant Gastón était une très bonne surprise. Il est vraiment sympathique ce garçon...

Je me dis que le match des filles ( Sugiyama et Dragomir) doit être fini et que je ferai mieux de rentrer sur le court pour le début du match Gaudio /Hewitt. Non, elles n'ont pas encore fini. Elles ne savent pas qu'il y a des gens qui attendent, ou quoi??? Gaudio apparaît dans la tribune des joueurs pour voir où ça en est. Il s'impatiente aussi ce petit...
Bon, en attendant, je me charge de la lourde tâche d'annoncer aux fans de Rafter que c'est Gaudio qui le remplace.
Les joueuses n'ont toujours pas fini; j'en profite pour manger. Ah, balle de match. Bravo la gagnante (c'est laquelle d'ailleurs...???). Allez, aux suivants!! Arrivée de Lleyton Hewitt et Gastón Gaudio. Même look, même gabarit. A part le port de la casquette...
Après quelques jeux, des gouttes fines commencent à tomber sur le central. Rien de bien inquiétant, mais Hewitt demande que le match soit arrêté. Gaudio est obligé de rentrer aux vestiaires.

Bon, en attendant,(sous le soleil déjà revenu) je pars avec Marianna voir s'il y a du nouveau sur le tableau (et éventuellement un match de Rios...). Non, rien de plus, à part que le match Enqvist/Kieffer est déplace sur le court 1, et à la place on nous met Sanchez contre Razzano. (j'ai rien contre elles, mais bon, va falloir que je me déplace au court 1 pour voir le suédois et j'en ai marre de traversé le stade...). Comme Gastón et Lleyton ne sont pas revenus jouer, on fait le tour des terrains d'entraînement. On voit Norman qui saute à la corde et fait des étirements. Un peu plus loin , on voit Dokic. Encore plus loin, j'aperçois un joueur avec une casquette vissée à l'envers. Ca ressemble à mon équatorien favori... Tout à fait, c'est Nico!

A Marianna de prendre le clavier car j'ai quelques trous de mémoire...: "

L'appareil photo à la main, nous nous dirigeons vers les practices dans l'espoir de voir à l'entraînement quelques-uns de nos joueurs préférés. Rapide coup d'il sur les premiers cours : aucun joueur ne retient notre attention. Sur le court suivant, mes yeux de myope aperçoivent de loin un joueur à casquette blanche et cheveux noir mi-longs. Je ne suis pas la seule à l'avoir vu, Marie m'apprend ce que je n'avais pu voir, il s'agit de Nicolas Lapentti.
Assez fébriles, je dois bien l'avouer, nous nous approchons. Le couloir à droite du cours est quasiment désert, nous dépassons les trois ou quatre personnes qui se tiennent là afin de nous rapprocher de Nicolas. Celui-ci semble d'ailleurs nous remarquer car il s'arrête, nous regarde avancer et, je crois bien, nous sourit (mais peut-être était-ce mon imagination). Aurait-il reconnu Marie ? Allez savoir...
Après une première photo, nous décidons de passer plutôt sur la gauche du cours. Il y a de ce côté là quelques personnes qui attendent dont deux petits morveux d'une dizaine d'année. Nicolas s'approche alors pour choisir sa raquette. Il est juste devant nous. C'est là que les deux petits morveux lui demandent un autographe. Il leur dit alors en français et avec un accent absolument craquant qu'il ne comprend pas le français et qu'il veut qu'on lui demande en espagnol. Tous les fans qui sont là cherchent alors désespérément à trouver comment dire autographe en espagnol. Cependant, les morveux insistent : " Un autographe ! " Il leur dit alors : " Autogrrraphe ? C'est frrrançais. Je parle espagnol " Pendant tout ce temps, il ne s'est pas départi d'un adorable petit sourire. Il annonce alors qu'il signera des autographes après " la parrrtie " et retourne jouer. Les sales morveux insistent quand même : " Vous êtes là, vous pouvez signer... " Sans réponse. Nous restons alors à le regarder s'entraîner et à le prendre en photo.

Comme promis, une fois son entraînement fini, il revient pour les autographes. Une mère lui demande une photo avec son fils. Complaisant, il prend le petit dans ses bras et prend la pause. Un peu trop longtemps visiblement puisqu'il dit à la mère (sans pour autant que son sourire ne le quitte) : " Photo...rrrrapide "

Il signe ensuite tous les papiers qui lui sont tendus. Il part, les fans l'attendent à sa sortie du cours. Il signe encore des autographes avec une patience et une gentillesse qui laisse songeur....Il finit tout de même par partir. Ce fut un moment formidable. Mon seul regret : ne pas avoir eu de papier sur moi. J'ai découvert que Nicolas Lapentti n'était pas seulement un très bon joueur mais également quelqu'un d'adorable et de sympathique... Marianna. " 

Merci Marianna de ce reportage équatorien. Rien à dire de plus, à part qu'il est vraiment adorable. Faire l'effort de nous parler en français, de sourire à chacun et en même temps de se concentrer sur son entraînement, c'est digne d'un grand joueur.


Bon, avec tout ça, on a manqué un bon bout du match de Gaudio. Mais ça valait le coup! On retourne sur le Lenglen ,pour voir la victoire d'Hewitt. C'est pas grave Gastón, c'est qu'une exhibition...

suite  

Nostalgie, remettez-vous dans l'ambiance terre battue des années précédentes:
-
Roland Garros 2000 (journée Benny Berthet)
-
Roland Garros 2001

Retour au Sommaire tennis

Millenium ATP 2000 Tour Millenium ATP Tour 2000 Millenium

 Novembre:
Tournoi de
Paris Bercy

Juillet
Wimbledon

Juin
Roland Garros

Avril:
Monte Carlo

Millenium ATP 2000 Tour Millenium ATP Tour 2000 Millenium ATP Tour